Le Katchkar animé

DR

Lors de la soirée du 27 mars, le Docteur Alice Marie Pambuccian Grigorian a fait une introduction à sa conférence en parlant de la symbolique du khatckar, de sa spécificité dans l’art arménien. Elle a énoncé les deux catégories de khatchkars, celui à bras libres et le khatckar animé, en concentrant son discours sur le khatchkar animé. La présentation faite à l’aide d’un diaporama a détaillé 4 khatchkars animés qui se trouvent en Arménie : celui du monastère de Haghbat, du 13ème siècle, celui du cimetière de Noradouz (13éme siècle), celui du monastère Sainte Mère-de-Dieu sur la péninsule du lac Sevan (ces deux derniers faits pendant les invasions mongoles) et le khatchkar d’Etchmiadzine, qui provient de Vayots Dzor. A la fin il y a eu aussi une explication de la vision théophanique sur le fronton du monastère de Noravank.
L’essence de la spécificité arménienne dans la représentation du Christ sur la croix de pierre (la définition du khatchkar animé) réside dans le fait que pour les arméniens la croix est un symbole de vie, de résurrection et que même quand le Christ est figuré sur la croix, c’est le moment de la décrucifixion qui est choisi, avec Nicodème qui lui enlève les clous et Jean d’Arimathie qui récupère son sang dans le Graal. C’est juste le moment avant la montée vers le ciel et son union avec Dieu le Père. Jésus nous a délivré ainsi devenant le nouvel Adam.

Partager cette page :